La technologie d’IA Point-E, développée par la société OpenAI, est capable de créer des modèles 3D à partir d’invites textuelles. Ces modèles peuvent ensuite être utilisés pour réaliser des illustrations, des logos, des vidéos ou encore des pages web. Cependant, les critiques se sont élevées concernant la façon dont cette IA est capable d’apprendre et les données qu’elle utilise pour construire ses modèles.

Qu’est-ce que Point-E?

Le graphisme web est loin d’être une science exacte. Ainsi, il y a quelques mois, OpenAI lançait Point-E, une IA qui génère des modèles 3D à partir d’invites textuelles. Pourtant, cette dernière soulève des préoccupations en ce qui concerne ses données d’apprentissage.

Dans un article publié sur le site du magazine MIT Technology Review, l’universitaire en informatique et machine learning Yoshua Bengio explique que Point-E consomme énormément de données pour apprendre à modeler les objets. Afin de réduire ce travail considérable, l’IA peut utiliser des données déjà existantes, comme les images stockées sur les réseaux sociaux ou les liens d’articles trouvés sur Internet.

Bengio craint que cette approche ne soit pas suffisamment efficace pour permettre à Point-E de rendre des modèles 3D bien réels. « Si la quantité de données requise est trop élevée et si elles proviennent de sources inapproprié

Pourquoi il y a des préoccupations envers Point-E et ses données d’apprentissage

Le graphisme web a été l’un des premiers domaines explorés par les algorithmes d’intelligence artificielle. Ces dernières années, les progrès réalisés dans ce domaine ont permis de développer de nouvelles IA capables de créer des modèles 3D à partir de messages textuels. Point-E, une intelligence artificielle créée par OpenAI et basée sur la machine learning, est particulièrement marquante en ce sens.

Point-E est capable notamment de reconstruire les images d’un objet à partir de ses lettres d’invitation, ce qui lui permet notamment de créer des modèles 3D précis et complexes. De plus, Point-E semble être très efficace dans son traitement du texte puisqu’elle est capable de produire des modèles 3D cohérents et sans erreur. Malgré ces avantages, la principale inquiétude concernant Point-E est sa capacité à stocker et exploiter ses données d’apprentissage. En effet, si cette IA est capable de générer des mod

Comment lancer une publication avec Point-E

Depuis quelques années, les graphismes web font la une. Les startups spécialisées se lancent dans ce domaine et montrent de plus en plus de talents. Aujourd’hui, on parle notamment d’OpenAI Point-E, une intelligence artificielle qui est capable de créer des modèles 3D à partir d’invites textuelles. Malgré tout, les experts restent sceptiques quant à ses capacités à apprendre et à se perfectionner.

Quelles sont les limites de la IA et les conséquences pour les publications

OpenAI, une société américaine spécialisée dans le domaine du graphisme web, a lancé Point-E, une IA qui génère des modèles 3D à partir d’invites textuelles. Elle est censée être plus rapide et efficace que les IA actuellement en service, mais elle soulève également des préoccupations concernant ses données d’apprentissage.

Après avoir été créée en septembre dernier, Point-E est la première IA capable de générer des modèles 3D à partir de données textuelles. Si vous êtes intéressés par cette technologie et que vous voulez voir comment elle fonctionne, nous recommandons le site « How It Works » qui décrit les différents aspects du projet. Malheureusement, il y a plusieurs inquiétudes quant aux risques liés à l’utilisation des données d’apprentissage de Point-E. Avant de faire une telle chose, essayez de cerner ce quelles sont vos objectifs principaux pour cette AI et voyez si ceux-ci ne seraient pas mieux servis par une autre approche.